Peut-on assimiler sous-traitance et partenariat ?

Le mieux pour traiter cette question est de laisser la parole à notre clients Ch L. du Laboratoire B qui s’est prêté au jeu spontanément, vous trouverez son retour d’expérience ci-dessous.  Mais avant de rentrer dans le détail, il est important de souligner que la notion de partenariat correspond à l’association de deux parties pour réaliser un projet et/ou action pour atteindre des objectifs définis. Il implique une confiance et un respect mutuel entre les deux parties.

sous-traitance partenariat

Sous-traiter est synonyme de partenariat

Pour être efficace, les parties doivent conjointement :

  • Définir un cahier des charges
  • Fixer les objectifs
  • Décider les orientations à prendre
  • Exécuter les taches clairement définies
  • Suivre en permanence le bon déroulement du projet

Une dimension humaine

Au-delà des obligations contractuelles, la dimension humaine est au centre du partenariat. Le savoir-être participe ainsi à l’établissement de relations fiables, pérennes et fortes. Il permet de s’affranchir du lien client/fournisseur au bénéfice de l’atteinte des objectifs.

Bien entendu, l’expertise, la flexibilité et le sens du service sont les prérequis attendus d’un partenariat.

Le CDMO : le partenaire des laboratoires pharmaceutiques

Pour un Laboratoire, collaborer avec un CDMO permet de bénéficier d’économies d’échelle, d’atteindre des marchés locaux aux réglementations spécifiques et également d’avoir accès à des compétences et moyens de production dont il ne dispose pas et/ou plus en interne. De plus, la mutualisation des besoins de plusieurs laboratoires permet d’obtenir des gains de productivité.

Le passage de CMO à CDMO avec l’ajout du D apportant la dimension de développement permet également de travailler sur du long terme avec celui-ci.

En conclusion, nous pouvons dire que dans la grande majorité des cas, faire appel à un CDMO c’est établir un partenariat structurant et durable pour le Laboratoire.

Laissez votre commentaire